Pascale Alice AUBIN ……… Hypnose , PNL à Rennes …………. Sophro-Analyse, Psychogénéalogie, Sexothérapie

Thérapies brèves, Développement personnel, Phobies, Arrêt Tabac, Stress, Anxiété, Angoisses, Burn out, Sexualité, Sommeil, Addictions. ………. Enfant, Adolescent, Adulte, Famille, Couple …..

Et si on retrouvait la Confiance en Soi ?

Et si on retrouvait la Confiance en Soi ?

 

ESTIME OU CONFIANCE ?

L’estime et la confiance ont beau être proches, elles ne sont pas pour autant identiques.

 

L’estime correspond à notre amour propre. C’est la fierté que l’on ressent  des actions que nous menons dans des domaines tels que : la réussite professionnelle et personnelle, notre comportement face à différentes situations, notre physique,…

L’estime de soi dépend de tous ces composants, c’est se savoir « méritant », « j’estime que je mérite que… ».

Le manque d’estime peut amener à la dépression ou vers des addictions, l’échec scolaire peut en faire partie.

La confiance en soi, c’est se savoir et se sentir capable d’accomplir des actions que l’on souhaite ou bien des actions nécessaires pour progresser. Ainsi quelque soit la situation qui sera rencontrée, nous saurons y faire face simplement et avec un sentiment de sécurité. Détenir cette confiance nous permet d’être plus apaisés.

 

 

 

Comment avoir confiance ?

Le manque de confiance nous handicape et ne facilite pas notre épanouissement.

 

Et si nous nous posions la question « qui a le plus confiance en moi ? »

            Si la réponse est quelqu’un d’autre que moi, cela nous empêche :

  • d’aborder des sujets délicats mais importants tant dans notre vie perso. que pro.
  • de s épanouir,
  • d’aborder les gens sereinement,
  • ….

 

Ce manque de confiance nous empêche d’avancer simplement dans la vie.

Plutôt que de nous dire « il faut que je sois beau/belle pour trouver un compagnon », « quand je serai riche j’aurai confiance en moi »,…  Si nous partions du principe que nous avons acquis  la confiance en nous, nous pourrons alors agir naturellement vers ce quoi nous aspirons, et nos aspirations auront peut-être changées du fait de cette confiance ancrée qui nous fait voir les choses d’une autre façon.

 

 

Comment sait-on que l’on manque de confiance en soi ?

Le manque de confiance se reconnaît dès lors que l’on n’ose pas faire quelque chose de peur du regard de l’autre ou de peur de l’échec.

La peur la plus courante concernant la confiance est la peur de parler en public.

Quelques exemples pour  reconnaître le manque de confiance en soi :

  • Lorsque quoi que l’on fasse on se préoccupe exagérément de ce que les autres pensent de nous,
  • Lorsque l’on veut toujours être agréable, gentil avec tout le monde de peur de contrarier quelqu’un,
  • Lorsque l’on a peur de ne pas être à la hauteur,
  • Lorsque l’on n’arrive jamais à dire non,
  • Lorsque l’on semble froid, de peur de laisser surgir ses vrais sentiments,
  • Lorsque l’on ne cesse de demander à l’autre de nous confirmer dans notre beauté ou dans le fait d’être aimé.

 

 

Qu’est-ce qui fait que l’on manque de confiance ?

Cela remonte généralement à l’enfance, à notre vécu et aux expériences de chacun. Cela peut être du fait de parents trop présents ou autoritaires, d’un cadre à l’école où les réflexions des profs  étaient négatives et que nous n’avions pas la possibilité d’expérimenter ailleurs ce sentiment de confiance pour « équilibrer ».

 

 

Que peut-on faire pour avoir confiance en soi ?

Même si la confiance a été perdue, nous pouvons la reconquérir. Tout cela va dépendre de la façon dont nous allons aborder et considérer nos expériences de vie qu’elles soient bonnes ou mauvaises (voir le verre à moitié plein ou à moitié vide…).

 

Trois éléments interagissent pour installer la confiance

  • les émotions
  • le corps
  • l’esprit

Les trois éléments agissent les uns sur les autres. Ainsi, si notre corps est détendu, notre esprit le sera aisément.

 

 

Comment travailler sur le corps ?

Travailler sur le corps permet de passer d’un état de stress à un état de détente et de relaxation.

Pour cela, nous pouvons mettre en place différentes pratiques pour permettre au corps d’accéder à plus de détente.

 

 

Et si on apprenait à respirer ?

La majeure partie des personnes respirent mal, intéressons-nous à notre respiration, est-elle rapide dans l’inspiration et l’expiration ? Si oui, nous augmentons plus rapidement l’état de stress dans certaines situations et cela influe donc sur notre esprit.

Respirer plus longuement et profondément permet de réduire le stress et de retrouver son calme plus aisément et plus rapidement.

 

Comment respirons-nous ?

Il existe deux types de respirations:

  • la respiration thoracique,
  • la respiration abdominale.

Pour savoir quel type de respiration nous pratiquons naturellement, je vous invite à poser une main sur votre poitrine et l’autre sur votre ventre.

Et lorsque nous inspirons, intéressons-nous à savoir quelle main bouge.

Si c’est au niveau de la poitrine, c’est une respiration thoracique. Cette respiration est la plus courante mais comporte aussi les plus courtes respirations.

Si c’est au niveau du ventre, c’est une respiration abdominale. Cette respiration permet de se détendre, de se relaxer. C’est cette respiration qu’il faut activer lorsque l’on se sent stressé ou angoissé.

 

En respirant profondément et lentement par le ventre,  nous détendons nos muscles et respirons comme un bébé. C’est un vrai massage qui s’exerce.

 

Dès lors, dès que nous sentirons qu’une situation stressante ou angoissante se présente à nous, il suffira de s’attarder à prendre la respiration abdominale et longue, cela nous amènera à plus de calme.

 

 

Et si nous envisagions la relaxation ?

La relaxation permet de détendre tant le corps que l’esprit. Lorsque je parle de relaxation j’entends aussi d’autres pratiques comme la sophrologie, la méditation, le yoga,… Il existe pour chacun une technique qui lui conviendra plus qu’une autre.

Ces moments de relaxation permettent d’avoir une meilleure écoute non seulement de son corps mais aussi de son esprit et de ses émotions.

 

 

Et si on s’autorisait à s’exprimer corporellement ?

Faire des activités comme la danse, le sport, le théâtre,… permet de mieux accepter son corps et d’ôter certains complexes physiques et de diminuer la timidité.

Par exemple le théâtre d’improvisation permet de dépasser ses limites, d’exprimer ses émotions et de modifier sa communication. Il en est de même aussi avec les sports de combat.

 

 

Et si on bichonnait son corps ?

Rien de tel qu’un petit massage pour se détendre et évacuer le stress, un bon bain, ou bien s’autoriser à se cocooner confortablement installé avec un thé et une ambiance paisible…

 

 

Et si on changeait la posture de notre corps ?

Qui n’a jamais remarqué que suivant la manière dont on se tient, les autres peuvent presque lire notre état émotionnel ?

Voici un petit exercice :

  • baissons la tête et marchons les épaules basses pendant 5 min. Très rapidement, nous allons nous sentir triste. Il nous suffit de nous redresser pour déjà nous sentir mieux !

 

Alors, n’hésitons pas à :

  • garder le regard haut et droit,
  • regarder les personnes dans les yeux lorsque nous leur parlons,
  • marcher droit la tête haute,
  • avoir une posture bras ouvert et pas bras croisés.

 

Essayons de nous rappeler des personnages qui nous fascinent par leur prestance et intéressons-nous à leurs postures.

 

 

Et si l’on parlait de la zone de confort ?

La zone de confort est la zone qui nous permet de se sentir en sécurité, en confiance. Suivant les personnes cette zone de confort est plus ou moins étendue autour de soi.

La zone de confort peut être déterminée par une distance entre soi et les autres personnes, le fait d’être dans certains lieux fait que cette zone est plus ou moins grande (en général notre appartement nous permet d’avoir une grande zone de confort).

Lorsque que l’on ressent de l’anxiété, du stress, c’est que l’on s’éloigne de sa zone de confort, on ressent alors comme une  peur de l’inconnu…

Certes, rester dans sa zone de confort, nous évite de prendre des risques, mais pour autant on peut aussi sentir que cette zone de confort peut à long terme devenir inconfortable par le fait que nous ne parvenons pas à accéder à de nouvelles choses qui nous attirent. Dès lors, même si la peur de sortir de notre zone de confort reste présente, faire l’effort d’en sortir permet d’ouvrir sa zone à plus de place et plus de confiance.

 

Pour pouvoir sortir de cette zone et donc de l’agrandir pour se sentir mieux, il va falloir vaincre sa peur d’agir. Pour cela, il va falloir « passer à l’action ! ». En clair, nous allons commencer à nous dépasser, à mettre un pied en dehors de notre zone de confort, car sortir ne serait-ce qu’un pied, voire même un orteil c’est déjà un bon commencement, non ?

D’ailleurs, si nous réfléchissons bien, nous sommes déjà au moins une fois au cours de notre vie sorti de notre zone de confort. Si si, allez, je vais vous donner un exemple dont vous n’avez peut-être plus le souvenir….Nos premiers pas sans nous tenir, notre première expérience en vélo sans les petites roues… Ces expériences nous ont fait sortir de la zone de confiance de l’époque et depuis une nouvelle zone s’est installée. Et lorsque nous avons fait cette sortie de notre zone de confort, peut-être avons-nous été confronté à quelques échecs et pourtant nous avons réitéré et sommes parvenu à ce que nous souhaitions.

Et si on apprenait à gérer les échecs ?

L’échec peut soit nous affaiblir, nous bloquer, soit nous rendre plus fort et nous donner le courage de réussir la prochaine fois. Chacun dans sa vie aborde des échecs, l’important c’est de tirer une leçon de vie de ceux-ci.

Nous apprenons toujours de nos erreurs si nous analysons sereinement ce qui s’est passé et la manière dont nous avons réagi. L’expérience que l’on retirera nous renforcera pour parer la prochaine fois à certains éléments récurrents. Et peut-être trouverons-nous de nouvelles options qui n’avaient pas été envisagées auparavant et qui nous permettront d’atteindre plus facilement notre objectif.

 

 

Et si nous pensions positif ?

Plutôt que se répéter « tu n’y arriveras jamais, c’est pas pour toi, …. »

Et si nous envisagions de penser à nos qualités ? Si si  nous avons des qualités, cherchons un peu, nous allons en trouver, nous pouvons aussi demander aux personnes qui nous entourent ce qui les frappent le plus, et ensuite continuons notre enquête…

En faisant ressortir nos points positifs, nous ressentirons plus de confiance quant aux actions à effectuer.

 

 

Et si on laissait le passé à sa place ?

Souvent, nous nous sommes  collé des étiquettes dans notre passé. Qui n’a jamais entendu des phrases du style :

  • tu n’y arriveras jamais tu es nul en math !
  • de toute manière dans la famille on sait pas chanter !

 

Laissons à sa place ces croyances et ces petites phrases ou situations du passé, et

permettons-nous  de nous concentrer sur nos qualités présentes et notre capacité à développer les valeurs qui nous importent maintenant !

 

 

Et si on notait notre confiance sur une échelle ?

Cette échelle va permettre d’identifier chaque situation et de dire à quel niveau de confiance nous sommes.          (1 correspondant à pas de confiance du tout et 10 sera une totale confiance en soi).

Plus l’on va vers le noir plus la présence du stress se fait ressentir et moins l’action est possible.

Une telle échelle nous permettra par la suite de constater que suivant les actions ou situations notre confiance varie et que pour une même action dans le temps notre confiance peut évoluer. Ainsi, nous pourrons constater les progrès que nous aurons effectués, ce qui ne fera qu’augmenter notre confiance pour d’autres événements ou actions à venir.

Et si on décidait soi-même ?

Plutôt que de considérer que nous ne sommes pas acteur de ce qui nous arrive et donc avoir des excuses et se morfondre dans des situations peu agréables, osons prendre notre vie en main afin de se sentir libre d’agir pour notre bien ! Ainsi la confiance a la place pour s’installer en toute simplicité !

 

 

Et si nous gérions nos émotions ?

Nos émotions sont conditionnées par nos croyances. Les croyances négatives amènent à être beaucoup plus sensibles aux émotions négatives ce qui nous portera à aller plus facilement vers un état dépressif et à se replier sur soi, sur des regrets, sur des ressentiments.

Osons changer nos croyances et orientons-les vers le positif. Pour cela, envisageons ce que nous voulons pour nous (option réussite, bien-être) plutôt que ce que nous ne voulons pas. Cela va générer des émotions positives et un apport d’endorphines génératrices de bien-être pour aller de l’avant. Pour cela, il va nous falloir émettre des phrase où la négation est absente !!!

Si on se visualise en option réussite, tout semble plus simple et accessible, ça peut-être intéressant de s’essayer à cela, non ?

En orientant ses croyances et donc ses émotions vers le positif, il sera beaucoup plus aisé d’affronter des situations ou des événements qui de prime abord semblent difficiles.

 

 

Quelques petites astuces pour entretenir la confiance au quotidien 

Nous ne sommes pas tenus de faire la même mauvaise tête que nos voisins !

Car tout le monde n’est pas ainsi et nous verrons qu’au cours de la journée nous rencontrerons des personnes comme nous qui aborderont la vie plus simplement et nous « boosterons »  encore plus au lieu d’aller vers le « côté obscur » au risque de se pourrir la journée.

 

Laissons de côté les infos, le journal télé !

Qui n’ jamais constaté que plus de 80% d’un journal télé ou d’infos est constitué de mauvaises nouvelles ? La télé nous amène à être passif et à absorber quotidiennement ces infos plombant notre moral. Osons désactiver la télé parfois dans la semaine et reprenons le bon vieux journal qui nous permet de zapper ce que l’on ne souhaite pas et de s’intéresser à ce que l’on veut, allant même jusqu’à découvrir des infos ou des choses dont on n’avait jamais entendu parler !

 

Cessons de nous préoccuper du regard des autres !

Car, il faut être clair, tout le monde ne porte pas attention à nous d’une part, d’autre part nous ne sommes pas médium, nous ne pouvons donc pas vraiment savoir ce qu’ils pensent. Et ce n’est pas leurs pensées qui va nous faire avancer !  Cela nous enlèvera un poids, et nous permettra d’être nous-même et même de rencontrer des personnes qui apprécieront notre comportement … Et quand bien même ils n’appréciaient pas, c’est notre vie que nous menons ( ce n’est pas eux qui nous dirigent et ils en seraient bien incapables).

 

 

Osons nous entraîner !

Si un événement nous semble quelque peu difficile à aborder et que nous disposons de temps, mettons-nous à l’épreuve seul devant notre glace, demandons à des amis de nous accompagner en toute bienveillance pour nous permettre de nous entraîner encore et encore, pour que le jour dit nous soyons au top de notre confiance afin d’atteindre notre objectif.

Ainsi, nous serons surpris de la facilité avec laquelle nous ferons apparaître aux yeux des autres notre aisance et cette confiance qui au début pourtant n’était pas si présente…

 

 

Petits exercices à faire pour améliorer la confiance :

Respirons pour chasser le stress !

Bien installé même si nous sommes debout, une main sur le ventre l’autre sur la poitrine, inspirons par le nez doucement pour gonfler au maximum le ventre , puis soufflons doucement comme si l’on avait une paille au bout des lèvres. Faire cet exercice pendant 3/5 minutes voire plus si possible.

 

JE t’aime toi !

Tous les matins devant notre glace, en nous regardant dans les yeux faisons-nous un compliment pour bien commencer la journée.

 

Le positif chasse le négatif !

Dès que l’on se  rend  compte que nous venons d’avoir une pensée ou une phrase négative, reformulons-la en positif, à force le positif prendra la place !

 

Un peu d’imagination que diable !

Après avoir fermé les yeux, imaginons-nous atteignant notre objectif, intéressons-nous à toutes les sensations agréables et tout ce que cela nous apporte. Ainsi, nous nous ouvrons vers des possibles pour l’action réelle.

 

 

Et si nous commencions déjà par nous dire que comme nous sommes des personnes formidables et rien que pour cela, nous avons le droit au meilleur ?

Cela permettra, j’en suis sûre de se dire comme le dit une fameuse publicité « parce que je le vaux bien » et donc d’amorcer déjà l’option « Confiance en Soi » avec toute légitimité et plaisir.

 

L’hypnose et les Thérapies Brèves  permettent de découvrir nos croyances et les changer pour développer le confiance en soi.

 

N’hésitez pas à me contacter pour en parler.

 

Et pour le plaisir un petit film qui légende ce texte…

Accès site Facebook : http://FB.me/pascale.alice.aubin

Auteur : Pascale Alice AUBIN

Psycho-Praticienne en Hypnose, PNL, Psycho-généalogie, Sophro-analyse, Relaxation, Accompagnement dans l'eau, à Rennes

Les commentaires sont fermés.