Pascale Alice AUBIN ……… Hypnose , PNL à Rennes …………. Sophro-Analyse, Psychogénéalogie, Sexothérapie

Thérapies brèves, Développement personnel, Phobies, Arrêt Tabac, Stress, Anxiété, Angoisses, Burn out, Sexualité, Sommeil, Addictions. ………. Enfant, Adolescent, Adulte, Famille, Couple …..

Les femmes et leurs rapports avec leurs corps

Les femmes et leurs rapports avec leurs corps

 

 

 

Comment se fait-il qu’autant de femmes ne se sentent pas en paix avec leur corps et ceci, quel que soit leur physique ? Il y a bien évidemment l’effet médiatique où la femme bien dans son corps est jeune, musclée, mince et bronzée… Mais d’autres facteurs comme l’éducation, les relations affectives, la volonté de séduction entrent en jeu. Alors comment ces paramètres entrent-ils en jeu?

 

 

Certaines femmes courent après un idéal du corps parfait durant toute leur vie mais ne sont jamais satisfaites. Parfois, les disgrâces que les femmes notent ne sont ressenties que par elles. Il est à noter qu’en allant un peu plus dans le questionnement, il en ressort plus un problème d’identité non résolue qu’un réel problème du corps.

 

 

 On sait que notre image du corps est intimement liée à notre histoire personnelle et familiale. Ainsi, l’enfant se construit en fonction de la parole aimante des adultes, des caresses, des câlins, des regards sécurisants des parents, des paroles valorisantes. Si les gestes ou les paroles ont manqué lors de l’enfance, l’adulte va souvent être dans la quête d’un regard et dans la recherche éternelle de l’amour qu’il n’a pas réussi à avoir enfant.

 

Le manque de confiance en Soi

Il peut donc être la conséquence de cette enfance, faisant que nos petits défauts et nos imperfections nous deviennent insupportables. Notre « confiance en soi » en prend un coup faisant apparaître perpétuellement notre corps comme « plombant ». C’est comme si notre corps était  étranger à nous-même, on peut même être amenée à penser « si seulement je n’avais pas de corps ce serait tellement mieux ! ». Mais ce ne sont que des croyances et nous pouvons décider de les mettre à bas afin de laisser apparaître des croyances plus agréables.

 

 

Lorsque le corps devient une souffrance psychique

L’image du corps peut amener à une vraie souffrance, cela peut même amener à des comportements qui vont du refus de sortir, d’éviter de rencontrer d’autres personnes jusqu’à déclencher des troubles du comportement alimentaire allant de l’anorexie à la boulimie.

Souvent ces souffrances amènent les personnes à :

  • Supprimer les miroirs de l’appartement pour éviter de se regarder
  • Se dévaloriser en permanence
  • Se voir difforme alors que tout est vu différemment par les autres
  • User de son corps jusqu’à  son extrême limite dans l’activité sportive (violence corporelle)
  • Multiplier les interventions esthétiques et chirurgicales, dussions-nous mettre en péril notre vie

 

 

Arrêter de se punir et réapprendre à s’aimer

Et si nous nous offrions de la « Bienveillance » pour nous-même ? 
Car comme dit l’adage « on est jamais si bien servi que par soi-même ». Plutôt que d’attendre simplement que cette bienveillance vienne de la part de ceux qui nous entourent.

Pour cela, on commence par faire la paix avec son corps, plutôt que de continuer à le malmener. Essayons de repérer les pensées parasites qui nous envahissent pour nous permettre de nous en dégager. Dès lors, l’écoute de notre corps étant plus orientée vers le positif, nous pouvons être plus à son écoute et répondre plus respectueusement à nos besoins corporels et psychiques.

Acceptons de renoncer à une perfection qui n’est qu’illusoire pour nous concentrer sur nos joies. Laissons de côté l’influence des médias et leurs artefacts, qui ne sont là que pour vanter des illusions.

Changeons notre regard, et intéressons-nous à nos petits plaisirs et bonheurs qui sont déjà présent. Le « Think Positive » permet de nous alléger psychologiquement.

Reconnaissons que le corps peut être amené à se modifier après les divers événements de la vie (grossesse, choc psychologique, adolescence, ménopause, …). Acceptons aussi la part génétique qui nous constitue car c’est notre héritage et donc une part de notre identité.

Autorisons-nous à lâcher-prise car, quand on ne pense plus à ce qui nous gêne, on dispose de ce temps pour penser à ce que l’on aime et profitons-en.

Apprendre à s’aimer permet de détacher la carapace que l’on s’est mise pour faire émerger la liberté de notre corps et de notre esprit, un peu comme un papillon qui sort de sa chrysalide. Pour cela, nous pouvons faire quelques petits exercices pour se reconnecter avec soi-même au quotidien.

 

 

Quelques petits exercices pour sortir de sa carapace

  • S’offrir 5 minutes par jour pour s’attacher à redécouvrir sa respiration , comment elle se pose, son cheminement et faire qu’elle devienne plus longue et profonde pour nous amener à plus de détente.
  • S’offrir 5 minutes par jour pour s’intéresser à chacun de nos 5 sens, le toucher, la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût, redécouvrir ce qui nous entoure via ces sens.
  • S’offrir le droit de se faire du bien par le toucher de notre corps que ce soit simplement  ou en s’appliquant une crème dessus avec attention et délicatesse ou en faisant d’autres actions mais toujours en pleine conscience.
  • Apprendre à bouger doucement , plus doucement que de coutume

 

 

Nous avons toutes des atouts

Ce qui pour nous est un défaut est pour d’autres un atout, alors autorisons-nous à changer notre angle de vue et à nos yeux cela deviendra aussi un atout.

Et nous pouvons changer simplement notre façon de nous tenir et de nous comporter pour que certains atouts apparaissent comme par magie…
Car il faut bien le reconnaître le zéro défaut n’existe pas ! sinon pourquoi « photoshop »  pour des femmes considérées parfaites ? (entre autre). Qui plus est, si nous éradiquons tous nos défauts mais qu’auparavant nous n’avons pas pris conscience de nos atouts, nous serons toujours insatisfaites avec nous-même et nous continuerons notre quête …

Se dire que ce qui est bien pour l’une n’est pas OBLIGATOIREMENT bien pour soi ! D’ailleurs, si nous réfléchissons un peu, nous allons vite trouver des personnes ou des personnalités qui sont « hors normes » et qui pourtant fascinent par ce qu’ils sont et  on notera même que parfois, leurs imperfections, ce sont leurs atouts !  Et là nous pourrons dire « Personne n’est parfait ! ».

Faire la paix avec son corps est une démarche globale, à la fois physique, émotionnelle et intellectuelle. Ce cheminement peut être ressenti comme difficile mais permet par la suite de ressentir les sentiments de liberté, de sérénité et de plénitude. Car s’il est impossible de changer de corps, notre façon de le percevoir avec bienveillance peut tout changer !!!

Je ne sais plus qui disait « le chemin pour accepter son corps passe aussi par celui d’accepter ses imperfections »

 

 

L’hypnose et les Thérapies Brèves  permettent de développer la confiance en soi et en les autres.

C’est une clé pour obtenir et conserver une véritable sérénité face à ce qui se présente à nous et permettre ainsi de devenir un accompagnateur bienveillant pour avancer au mieux pour chacun.

N’hésitez pas à me contacter pour en parler.

 

Auteur : Pascale Alice AUBIN

Psycho-Praticienne en Hypnose, PNL, Psycho-généalogie, Sophro-analyse, Relaxation, Accompagnement dans l'eau, à Rennes

Les commentaires sont fermés.