Pascale Alice AUBIN ……… Hypnose , PNL à Rennes …………. Sophro-Analyse, Psychogénéalogie, Sexothérapie

Thérapies brèves, Développement personnel, Phobies, Arrêt Tabac, Stress, Anxiété, Angoisses, Burn out, Sexualité, Sommeil, Addictions. ………. Enfant, Adolescent, Adulte, Famille, Couple …..

Lâchons les états d’âmes pour Noël

Lâchons les états d’âmes pour Noël

 

 

 

Pour certains, plus on approche de la date fatidique de Noël plus la mélancolie s’installe.

Pour éviter la venue de tels états d’âmes voici quelques propositions afin de se sentir plus léger.

 

 

 

Et si on se préparait son Noël à soi ?

Noël est souvent représenté par des images d’Épinal et même si cela fait parfois sourire, cela peut toucher les personnes de manière forte et anxiogène.

Le bonheur, la famille unie, les enfants émus, souriants et les grands parents réjouis sont autant de mises en scène portées par les média et le commerce. Ces représentations atteignent les personnes car elles ne correspondent pas toujours à la réalité de Noël. Ces images amènent les gens à croire qu’ils ne font pas ou ne savent pas faire aussi bien que les autres (car ils se comparent à ces images).

Il faut se rendre à l’évidence que Noël n’est pas un moment magique pour tout le monde. A chacun sa fête, soyons libres et inspirés plutôt que soumis à des clichés.

 

Et si on gardait le contrôle sur les événements ?

Parfois, on a de bonnes raisons d’appréhender avec angoisse les réunions de fin d’année en famille, surtout lorsque l’ambiance s’annonce lourde et pesante. Et si l’on n’est pas responsable des paroles, des faits et gestes des autres, il n’en reste pas moins que l’on peut l’être des siens.

Et si cette année on s’autorisait à avoir une attitude différente de celle des années passées ?

Comme, par exemple, en tirant un trait sur ce qui a pu être irritant et stressant par le passé, qu’il s’agisse des remarques désagréables de notre belle-mère ou des commentaires désobligeants de notre beau-frère…

En considérant cela, on peut plus facilement retrouver la confiance en soi afin de ne plus traîner les pieds pour aller au fameux réveillon familial.

 

Et si on décidait de notre propre calendrier ?

Quel que soit le motif (divorce, éloignement géographique, etc.), pour certains, savoir que le 25 décembre on ne sera pas en compagnie de ceux que l’on aime, fait que le moral baisse au fur et à mesure que la date approche.

Ne soyons pas prisonnier du calendrier, Noël se passe d’abord dans le cœur, non ? Rien ne nous empêche de le célébrer trois jours avant ou deux jours après. Ce qui compte c’est tant moins la date que l’émotion qu’une telle occasion procure.

A chacun d’entre nous de fixer la date en fonction de nos impératifs, de nos possibilités et de nos contraintes et vous allez voir que tout le monde, le jour dit,  se sentira bien, vraiment très bien.

 

Et si on refusait de se laisser déborder ?

La période des Fêtes de fin d’année amène un rythme très différent du reste de l’année. C’est un peu comme lorsque l’on prépare les vacances d’été, mais avec beaucoup plus de choses à prévoir ( les cadeaux, les repas, les voyages éventuels, etc.). On se retrouve vite surchargé et on éprouve alors la sensation désagréable d’être écrasé par bien trop de responsabilités.

Autorisons-nous à nous fixer un programme des choses essentielles et n’hésitons pas à déléguer des missions autour de soi (vous risquez d’être agréablement surpris par la capacité qu’on certains à effectuer ces missions avec le plus grand plaisir et la plus grande efficacité).

La course folle des préparatifs ne doit pas devenir une épreuve comme si on allait faire un marathon. Pourquoi devrions-nous tout faire soi-même ? En commençant par se défaire de cette idée trop astreignante, on peut atteindre avec sérénité ce moment et avoir l’esprit plus libre et clair.

 

Et si on balayait les mauvais souvenirs ?

Noël peut aussi être le souvenir d’un ou de plusieurs événements tristes comme une disparition, un accident ou tout ce qui bouleverse la vie de manière sombre et dramatique.

Chaque année, l’arrivée du 25 décembre devient dès lors un double calvaire puisqu’il faut d’une part tenir compte de sa propre douleur et, en même temps considérer la joie collective provoquée par les fêtes. Pour sortir de cette spirale annuelle, il convient de se dire « moi aussi je peux m’autoriser  au bonheur en ce jour ! », et se dire que tout n’est pas si noir. Ouvrir son coeur au bonheur des autres est aussi un moyen d’en recevoir un peu soi-même, non ? C’est aussi cela Noël, certains ne parlent-ils pas de la « magie de Noël » ?

 

 

Voici quelques propositions qui feront de la période de Noël un moment plus plaisant qu’il ne l’a été auparavant et cela de façon assez simple.

 

Souvenons-nous que parfois certains présents faits avec amour valent mieux que tous ceux acquis dans les commerces et que parfois ce qui est le plus apprécié de tous les présents c’est la présence de l’autre.

 

Alors, faites-vous plaisir pour que vous puissiez le partager simplement et faites-vous confiance !

 

 

Je vous souhaite des moments plaisants, souriants, sereins à l’occasion de ces fêtes de fin d’année.

 

 

 

 

L’hypnose et les Thérapies Brèves  permettent de développer la confiance en soi et en les autres.

C’est une clé pour obtenir et conserver une véritable sérénité face à ce qui se présente à nous et permettre ainsi de devenir un accompagnateur bienveillant pour avancer au mieux pour chacun.

N’hésitez pas à me contacter pour en parler.

 

Auteur : Pascale Alice AUBIN

Psycho-Praticienne en Hypnose, PNL, Psycho-généalogie, Sophro-analyse, Relaxation, Accompagnement dans l'eau, à Rennes

Les commentaires sont fermés.